L' église Sainte Marguerite , les Chapelles et les Trésors .

Messe de minuit avec Monseigneur SANKALE (2012)

La montée des bergers et des moutons dans les ruelles du village en 1967

                                             

L'église Sainte Marguerite

                           Giovanni_Canavesio

                                 Giovanni_Baleison

Chapelle Saint Pierre (Pénitents Noirs)

Chapelle Saint Jean ( Pénitents Blancs )

le corbeau. Il évoque aujourd'hui la mort ; on dit «c ‘est un oiseau de malheur ». Au XVe siècle il symbolise l'espérance car son cri : « cras », en latin signifie « demain ». Au contraire dans l'iconographie de St. Expedit (dont on trouvera des statues dans toutes les églises du Vieux-Nice), le saint brandit une croix portant l'inscription « hodie » (= aujourd'hui) tout en piétinant un corbeau qui, grâce à un phylactère tenu dans son bec, exhale un dernier « cras ».
Or dans la Grèce antique le corbeau est un messager des dieux, comme l'aigle et le cygne. Tous trois remplissent des fonctions prophétiques. Dans l'occident chrétien, le corbeau est le messager divin. Symbole de perspicacité dans la Génèse, il va vérifier qu'après le déluge la terre commence de s'assécher : « … Au bout de 40 jours Noé ouvrit la fenêtre qu'il avait faite à l'arche. Il lâcha le corbeau qui sortit, partant, revenant, jusqu'à ce que les eaux eussent séché sur la terre » (Ge, 8, 7). Il est encore le symbole de la solitude, de l'isolement volontaire de celui qui veut vivre à un plan supérieur. C'est un corbeau qui chaque jour apporte aux SS. Paul et Antoine, deux ermites retirés dans le désert du Sinaï, un pain dont il remet une moitié à chacun (Clans, chapelle St. Antoine, fresques anonymes, fin XVe).
Dès la seconde moitié du XVIIe s'opère un basculement. Dans les fables de La Fontaine il a souvent le mauvais rôle. Puis au XIXe les romantiques en ont fait l'oiseau noir qui, planant au-dessus des champs de bataille, se repaît de la chair des cadavres.

A propos de la chapelle Saint Jean (Musée des Vieux Outils)

A PREPAUS DE LA CAPELA SANT JOAN DE LUCERAM
M'an demandat de precisieus sus la capela dicha de Sant Joan lo Nòu, d'ont se fa l'espausicieu permanenta dei ferres vielhs. Vequí donca lo pauc que sabo.
Es lo ponch de rescòntre de doi bastiments diferents : la glèia de Sant Joan lo Vielh e l'Espital.
1) Sant Joan lo Vielh
Sabem qu'al segle XII, en lo vilage sobran, deu eisistar solament lo castel a l'emplassament aprossimatiu de la glèia d'òira. D'aquel temps, Luceram posseda doai glèias :

  • Santa Maria, dicha la Madòna, dependent de l'abadia de Sant Pôns despí al manco lo 1075; serà segurament alargàia al segle XIII;
  • una autra glèia (atestàia en lo 1258), en plassa Sant Peire, que se sonava bessai ja Santa Margarida (denominacieu atestàia en lo 1271).

Mas un test dal 1272 sembla sujerir que bastissíon alora la glèia e li barris : s'agisseria de la pichona cencha a doai pôrtas (la Placeta e sota la sacrestia) e de la glèia de Sant Joan lo Vielh.
Se Dom Salvetti di just (ai jamai retrobat lo test que li fa referéncia), la Confraternitat dei Penitents blancs seria creàia en lo 1320 en la capela de Sant Joan lo Vielh.
Ja que lo Parlament decidisse en lo 1596 de cambiar de costat la pôrta de la glèia Santa Margarida (bastia en lo fra-temps en l'ancian castel), polem pensar que remplassèron alora lo cubert de Sant Joan per li vòutas que suspôrton la Faisseta.
2) L'espital
Devem pas nos enganar sus lo sens dal mòt, perqué eisíston dos espitals a Luceram
a) l'Espital de Sant Laurent, proprietat dals Espitaliers de Sant Joan de Ieroshalaim (atestat en lo 1272 e sovent citat al segle XV) que devia servir per assostar li viajaires;
b) l'espital / ospici per li paures qu'era bastit sobre la Placeta e que vau probar de reconstituir la sieu istòria.

  • Devia eisistre ai segles XIV e XV un espital ("in loco ipso de Luceramo ubi antiquus esse solebat") que siguet pauc a pauc tralaissat quora lo nivel de vita se melhoret (riquessa de Luceram al segle XV).
  • En lo 1513, un francescan de Nissa, Frat Laurent de Menton, ven predicar a Luceram per possar la gent a bastir ò a tornar costrurre un espital per li paures ("ad construendum seu reedifficandum unum hospitale pro pauperibus"). Sabem pas se li siguet un quarque result ...
  • ... mas, a la fin dal segle XVI (1586-1594), la municipalitat nomenava cada an li procuraors de l'espital.
  • Lo bastiment que conoissem siguet bastit en una maion crompàia per li Penitents Blancs lo 5 de Febrier dal 1617 en la carriera Saquon (ò Sacon).
  • En las annàias 1623, 1624, 1625, de donacieus, venent subretot dei Barralis Salerno de Palerma, ajuèron a lo bastir ò a l'ordonar.
  • Una causa segura es que l'espital eisistia a l'emplaçament d'ont bastissèron plus tardi la capela Sant Joan en lo 1648. Dal primier bastiment de l'espital se vèon encara lai fenestras tapàias e lo cornís de peiras que li s'apontelava lo cubert.

3) L'escambi
Avem vist que la Faisseta avia deugut estre bastia a cuntar dal 1596 e que la capela de Sant Joan qu'era sota, desseparàia en doai parts per un barri, devia plus gaire servir per lo cult. Lo 5 Abrilh dal 1649, li retors de l'Espital dónon ai Penitents Blancs la maion de l'Espital e li Penitents li laisson lo local de Sant Joan lo Vielh sota la Faisseta (“confinant al Levant embe la glèia e a Tramontana embe lo camin ducal”).
Es donca en l'ancian espital que, a cuntar dal 1649, siguet bastia la capela de Sant Joan que conoissem òira. Segur que de cercas comblementàrias porríon portar de precisieus sus li Penitents de Luceram, lai sieus capelas e cen qu'es pi vengut l'espital : d'autres que ieu li faran.

Bernart FRUCHIER Junh dal 1998

                                                                                               ccocpaisnissart

Ces vieilles et belles pierres qui font partie de notre histoire : La Madona Routa

anciennement Madona dels Moustiers

elle date du XIII ème siècle

Elle fut bâtie sur l'emplacement d'un prieuré

Donné en 1075 à l'abbaye de Saint Pons

Intérieur de la bâtisse

Retable de Sainte Marguerite d'Antioche de Luceram 1497-1498 qui se trouve au Musée des Beaux-Arts de Nice

Prédelle du retable de Ste Marguerite par Louis Brea provenant de l'église de Lucéram

Les trésors de l'église Sainte Marguerite

A voir, très intéressant 

WM : Vous semblez accorder beaucoup d'importance aux révélations de Guy Tarade (in Arcane 10) selon lesquelles Bérenger Saunière serait passé à Lucéram, dans les Alpes Maritimes. Pourquoi ?

                      Lire la suite en cliquant sur le site ci-dessus                                                                                                                                                              renneslechateau

L'Abbé Saunière

Creusy-Chopard L' image de Ste Marguerite d'Antioche: un imaginaire remis en question imageson.org .15 Avril 2005

                                                                                           imageson.org

VISITE DU VILLAGE DE LUCERAM Alpes Maritimes France présentation du village de Lucéram région de Nice en France ainsi que du retable, situé dans son Église, de Louis Brea peintre du XVI° siècle..
durée du film en entier 20mn disponible à la maison de Pays de Lucéram

                                                                                           Louis Brea

 Pendule du clocher de Luceram, époque de Napoléon III

        1er mécanisme de la pendule de l'église vers 1500

2 passages du DVD (La fonte des cloches) à Lucéram . Avril 2004

Treuillage des cloches

Le nom des ouvriers 

Chapelle Notre Dame de Boncoeur

La tradition se perpetue à la chapelle Notre Dame de Boncoeur. Chaque année les fidèles fêtent la nativité de la Vierge Marie le 8 septembre. Après la messe celebrée par le père Lucas Somda , curé de la Paroisse, chacun a pu partager le traditionel goûter dans une chaleureuse ambiance.

Les bateaux de la chapelle BONCOEUR par georges TRUBERT

Cliquer sur les vignettes

Bâtiments classés

LUCERAM janvier 1990

  • Bon Cuor -

Chapelle Notre-Dame de Bon Coeur
Chapelle Notre-Dame de Bon Coeur : classement par arrêté du 20 juillet 1942

  •  Rue de l'Eglise

Eglise paroissiale Sainte-Marguerite
En totalité, l'église (cad. L 330) : classement par arrêté du 21 septembre 1983

  • Place Honoré Barralis

Chapelle Saint-Pierre (Chapelle des Pénitents Noirs)
en totalité, la chapelle Saint-Pierre ou chapelle des Pénitents Noirs (cad. L 93) : inscription par arrêté du 12 décembre 2005

  •  2, la Placette -

Maison rue de la Placette
Fenêtre du 13e siècle : inscription par arrêté du 21 octobre 1932

  • Saint Grat ; R.N. 556

Chapelle Saint-Grat (ancienne)
Chapelle Saint-Grat : classement par arrêté du 27 février 1928

                                     Lucéram